mercredi 12 décembre 2012

[Traduction] Plus de place pour mourir.



(Traduction de « More room to die » de John Morlino)

Imaginez que vous êtes dans le couloir de la mort, mais innocent de tout crime. Vous accrochant à l’espoir que la légion de partisans travaillant sur votre cas réaliseront une percée avant qu’il ne soit trop tard, vous vous préparez pour une mise à jour de leur campagne. Et pourtant, les nouvelles que vous vous apprêtez à entendre feraient pâlir vos cauchemars incessants.

Le messager – parlant au nom d’un noyau de groupes de défense renommés – vous informe que votre espace de vie, de la taille d’un placard, sera agrandie d’un mètre carré et que la qualité de votre nourriture sera bientôt améliorée. Il signale aussi que, lorsque le temps sera venu, un soin particulier sera fourni pour vous assurer une méthode d’exécution moins pénible. Lorsque vous insistez sur les efforts pour obtenir votre libération, il vous avoue que lui et ses collègues ont adopté une philosophie plus pragmatique – attribuant un pourcentage grandissant de leurs ressources à des programmes destinés à « alléger la souffrance dispensable », tout en s’éloignant simultanément de l’objectif de sauver des vies.

Le scénario susmentionné ne représente, en aucun cas, l’engagement réel de ceux et celles en quête de justice pour les hommes et les femmes qui ont été injustement incarcérés. Cependant, il présente une ressemblance frappante à la transformation qui s’est produite au sein de la majorité du mouvement des droits des animaux.

Bien qu’un petit nombre d’organisations soient restées fidèles à leur conviction fondamentale que les animaux méritent de vivre libre de toute exploitation, beaucoup, dont les plus renommées, se sont alignées avec des entreprises qui profitent de l’abattage de créatures innocentes. Ce genre d’appui s’étend du soutien aux lois fédérales et initiatives de vote qui enrichiraient soi-disant les vies des animaux de ferme condamnés, au placement littéral d’un cachet d’approbation sur le produit fini, du moment que ça soit « humain ».

Pour avoir une idée de cette métamorphose, considérez le contenu de « APig’s Tail », un film d’animation de quatre minutes pour les enfants créé par la Humane Society of the United States (HSUS).

Sorti le 24 octobre 2012, le dessin animé raconte l’histoire d’un porcelet s’échappant d’une ferme industrielle, où vivre dans un cageot de gestation est la norme pour les truies enceintes, et se conclut par son arrivée dans ce qu’elle croit être un havre sûr. « Un endroit », dit-elle, « où un cochon peut être un cochon. » Ce à quoi lui répond son régisseur : « Et un fermier peut être un fermier. » Le ciel se remplit de rayons de soleil  et s’en suivent des sourires. Ce qui n’est pas mentionné dans le script c’est que sa vie là-bas s’arrêtera prématurément et violemment.

Grâce à son département commercial bien rôdé ; des avoirs approchant le quart du milliard de dollars ; et du personnel supplémentaire incluant d’anciens défenseurs des animaux et un vice-président élevant des porcs pour une grande chaine de magasins d’épicerie, l’incarnation moderne de HSUS a fabriqué une identité à la Zelig aux yeux du public. Ce faisant, elle est capable d’opérer dans l’espace compris entre deux factions souvent polarisées : ceux qui soutiennent les politiques de bien-être animal et ceux qui croient à l’abolition de l’exploitation animale par l’homme.

En flouant la distinction entre ces deux doctrines, HSUS, ainsi que les autres groupes faisant la promotion du mythe de l’abattage/élevage humain, offre une sortie facile à quiconque envisage un mode de vie guidé par les principes de non-violence et compassion inconditionnelle. Et des milliards d’animaux en paient le prix ultime.

Si j’ai appris une chose des dizaines d’année de militantisme pour les droits humains et des animaux, c’est que l’honnêteté est l’ingrédient de base de tout mouvement de justice social fructueux. Mais, avec un nombre croissant d’organisations craignant de faire peur à leurs sympathisants en leur demandant de faire un changement significatif dans leurs vies – comme en devenant vegan – la vérité sans fard est souvent visiblement absente de leurs campagnes. Le résultat inévitable est une série de « victoires » creuses célébrées sous le couvert du progrès.

En adoptant cette stratégie, le mouvement des droits des animaux s’est vendu au rabais, ainsi que les animaux. Et bien qu’il soit possible d’inverser cette tendance, cela arrivera seulement si et lorsque les activistes commenceront à faire confiance à leur audience, plutôt que de la sous-estimer,

Ma confiance en la capacité du public à confronter et à répondre positivement à la vérité provient des retours que j’ai reçu des dizaines d’enfants et d’adultes qui ont assisté à mes présentations axées sur la compassion.

Lorsqu’on leur demande d’identifier les cas dans lesquels les vies des animaux sont compromises par le comportement humain, des élèves de primaire ont, sans erreur, débité un nombre incalculable d’exemples, dont l’abattage des animaux pour la nourriture, les vêtements, l’amusement, l’expérimentation et la commodité. Les mots d’une fille de 9 ans suggérant que nous « arrachions la saison de chasse du calendrier » restent gravés dans ma mémoire.

La réponse d’un élève m’a également laissé un souvenir impérissable. A la fin de la classe, on m’a posé une série de questions, allant de « Est-ce que tu as eu des animaux de compagnie en grandissant ? » à « Est-ce que tu manges de la viande ? ». Ma réponse à la seconde question fut « Non », suivi par l’explication que j’étais vegan. En réponse à la première, j’ai parlé avec enthousiasme du chien du voisinage avec qui j’ai vécu pendant 17 ans. Après avoir étudié mes réponses, un jeune garçon a levé la main et a déclaré : « Tu as décidé de ne plus manger d’animaux car tu aimais ton ami, le chien. »

De toutes les expériences d’apprentissage que j’ai eu, une en particulier a été la plus révélatrice, il y a une dizaine d’année de cela. Durant une discussion en cours sur la validité des droits des animaux, un étudiant qui s’identifiait en tant que « chasseur » dominait la conversation en remettant en question quiconque n’allait pas en son sens. Dans le but de changer cette dynamique, j’ai partagé mon parcours menant à mes principes de non-violence et de compassion inconditionnelle. On aurait pu entendre une mouche voler.

A la fin du cours, plusieurs étudiants sont restés pour parler avec moi. Ce n’est qu’après qu’ils soient partis que j’ai remarqué que le chasseur patientait près de la porte depuis le début. Je n’aurai jamais pu deviner ce qui s’est passé ensuite.

Il a commencé par me remercier du respect que je lui avais témoigné durant le cours pour finir par me parler du conflit interne qui le rongeait. Tous ses amis étaient des chasseurs, mais il ne voulait plus tuer d’animaux. Craignant d’être ridiculisé et rejeté, il a gardé ses sentiments pour lui.

Pendant près d’une heure, nous avons parlé de l’amitié, des valeurs, et du courage d’avoir ses propres convictions. Et bien que je ne puis être certain de la manière dont il a résolu son dilemme, personne ne m’a jamais serré les mains avec autant de sincérité.

Quiconque a pris la responsabilité de devenir une voix pour ceux qui ne peuvent pas parler pour se défendre sait que ce n’est pas chose facile. Et placer la barre plus bas n’arrangera rien. Dans mes moments de réflexion, je me demande parfois ce que nous demanderaient les animaux ?

Le pari, ici, est que ce ne serait pas : plus de place pour mourir.

1 commentaire:

  1. Merci pour cet article (le 3e que je lis sur ton blog).

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.